Le poète Бывшев: J’ai regardé dans les yeux angoissant de Wii et de la terreur stupéfait: Libéré de l’enfer de la Russie. En un clin d’oeil je suis devenu blanc comme la craie

MÉMOIRE ХОМЫ DE BRUTUS

J’ai regardé dans les yeux terrible Wii
Et de la terreur stupéfait:
Libéré de l’enfer de la Russie.
En un clin d’oeil je suis devenu blanc comme de la craie.

J’ai voulu crier: «eh bien, vous, démons? —
En effet, la vampire, elle, voit Dieu!
Lui toujours pas de pardon, croyez-moi!..»
Mais pas un mot промолвить ne pouvait pas.

Le cercueil, dans lequel était assise la vieille,
Les dents en montrant, subi des goules.
Et murmurait d’une voix à mon oreille:
«Ne regardez pas à ne pas le voir!..»

En criant «nous бесовская la force!»
La sorcière de la main tirait vers l’avant.
Tant d’hommes, elle a tué…
Savoir et mon vient le tour.

La montagne, un pécheur moi pauvre diable!..
Soudain percé sinistre hurlement pénombre:
«Le voilà, le principal est mon ennemi, goules!
Qu’il n’y ait pitié de lui!»

Pas eu le temps, j’ai même d’un clin d’œil
Et окликнуть l’armée céleste,
Comme tout le mal jete un coup
Moi et laissez-la en morceaux de vomir…

Ici, je me suis réveillé… le Soleil rouge sang
Monté sous le cri perçant de la corneille.
Et j’ai soupiré: «Comme c’est mignon, Freebie,
Que ce cauchemar était qu’un rêve!»




Le poète Бывшев: J’ai regardé dans les yeux angoissant de Wii et de la terreur stupéfait: Libéré de l’enfer de la Russie. En un clin d’oeil je suis devenu blanc comme la craie 27.09.2017

0
Сентябрь 27th, 2017 by