Le tribunal international ne peut pas ouvrir le cas de l’annexion de la Crimée par la Russie

La cour pénale internationale à la Haye (CPI) ne peut pas ouvrir sur le traitement pénal de l’Ukraine d’une affaire concernant l’annexion illégale de la Crimée par la Russie. Ce sujet a déclaré le représentant officiel de la CPI , Fadi El-Abdallah, lors de la communication avec les journalistes, transmet UNIAN.

Selon lui, en 2017 de la CPI peut obtenir une nouvelle fonction de traiter les cas liés à des actes d’agression, dont l’annexion.

«Cette règle est inscrite dans le statut de Rome, mais entrera en vigueur à partir de 2017. En novembre 2017, devrait avoir lieu le vote sur le fait de savoir si nous voulons intensifier cette partie de la justice ou non. Selon les résultats d’un vote, nous saurons détecter si c’est un crime sous la compétence de la cour», a expliqué Адбалла.

En outre, les statuts doivent ratifier les pays qui sont parties à ce document. (Le statut de rome est un traité international portant création de la cour pénale Internationale – ndlr).

«Parce que c’était le nouvel amendement au statut de rome, les états doivent ratifier. Au moins, nous avons besoin de 30 ratifications plus un vote positif», a ajouté Abdallah.

En réponse à la question de savoir si l’Ukraine s’adresser à la CPI après l’achèvement de la procédure, le président a déclaré: «Je ne pense pas que cela concerne les faits qui ont été dans le passé. Les événements survenus avant que l’amendement concernant l’acte d’agression, qui entrera en vigueur, ne seront pas considérés par la cour».

Abdallah a rappelé qu’à l’heure actuelle sous la compétence de la CPI reprend les affaires relatives à des crimes contre l’humanité, les crimes commis en temps de guerre et de génocide.

À noter, le 11 décembre, le vice-procureur général de l’Ukraine Vitaly Касько a déclaré que «actuellement, le Bureau du Procureur de la CPI examine les circonstances dans le cadre de la déclaration de la Verkhovna rada de l’Ukraine du 4 février 2015, n ° 145-VIII «SUR la reconnaissance de l’Ukraine à l’est de la compétence de la cour pénale Internationale à l’égard de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, les hauts fonctionnaires de la Fédération de russie et les dirigeants des organisations terroristes «ДНР» et «ЛНР», qui a conduit à de graves conséquences et le massacre de citoyens ukrainiens», transmis à la Cour le 8 septembre 2015, le ministre ukrainien des affaires étrangères Pavel Климкиным».

Comme l’a expliqué Касько, avec cette déclaration au Bureau du procureur de la CPI transférés recueillies procureur général en application de ladite décision du parlement ukrainien des matériaux et de la base de la preuve, qui contiennent notamment des informations sur les crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis à l’est de l’Ukraine et en Crimée, y compris sur les circonstances de l’occupation de la péninsule.

Il a précisé que la cour pénale Internationale n’explore l’annexion de la Crimée par la Russie dans une production.

«Maintenant, le Bureau du procureur de la CPI se déroule la procédure de l’examen préliminaire de la situation en vertu de la déclaration de la Verkhovna rada de l’Ukraine et par la partie ukrainienne de matériaux. La durée de cette procédure n’est pas limité limité dans le temps», — a souligné Касько.




Le tribunal international ne peut pas ouvrir le cas de l’annexion de la Crimée par la Russie 12.12.2015

0
Декабрь 12th, 2015 by