Les députés de la Douma d’etat ont proposé, sans procès pour bloquer les sites pour les annonces non autorisées d’actions

Dans la douma d’Etat de la fédération de RUSSIE offrent permettre de bloquer des sites pour les annonces non autorisées d’actions. Il est rapporté par le journal de «la feuille» avec un lien sur les modifications législatives qui ont déposé des députés de Yuri Швыткин («Russie Unie»), Oleg Nikolaev (Russie Juste) et Alexandre Iouchtchenko (parti COMMUNISTE).

En vigueur depuis 2014, la procédure de verrouillage des parlementaires jugent trop complexe. Maintenant, pour fermer le site, le parquet du procureur général besoin de recueillir toutes les informations sur le contenu indésirable, de la soumettre à la cour et de la gagner. Selon les modifications proposées, l’office suffit de faire une demande de Roskomnadzor.

Le prétexte pour bloquer la ressource internet peuvent devenir des «appels à l’émeute, la mise en œuvre des activités extrémistes et de participation dans les manifestations de masse qui ont lieu en violation de la loi», dit le projet de loi.

Le chef de l’état-major fédéral, Alexeï Navalny, Leonid Volkov, considère ce projet de loi ordinaire «de la loi contre Navalny».

«Nous avons, par exemple, nous considérons que la rencontre a été convenu, et les autorités ne l’est pas. Et maintenant, ils sont à l’amiable auront la possibilité de bloquer les sites. Et nous devons prouver que les actions ont été négociées. Dans les bateaux russes, il est irréaliste», a – t-il expliqué.

En outre, les amendements permettront de bloquer les sites interdits à but non lucratif. Maintenant en Russie le 11 de ces organisations et de leurs sites sont disponibles, selon la publication.

«Radio Liberté» rappelle qu’à la mi-septembre, la cour Européenne des droits de l’homme a adopté à l’examen de la plainte sur le blocage des sites de la Russie «Kasparov.le roux», «la Face.le roux», «Роскомсвобода» et encore quelques ressources.

Le 26 septembre, le chef de Roskomnadzor Alexandre Lueurs a déclaré que, en 2018, un pays peut bloquer Facebook, si le réseau social ne respecterait pas la loi sur la localisation des données personnelles.




Les députés de la Douma d’etat ont proposé, sans procès pour bloquer les sites pour les annonces non autorisées d’actions 30.09.2017

0
Сентябрь 30th, 2017 by