MIA a établi l’identité de six probables des organisateurs des émeutes au point de passage «Shegini» lors du franchissement de la frontière de Saakachvili

Les policiers ont établi l’identité de six probables des organisateurs des émeutes au point de passage «Shegini» dans la région de Lviv lors du franchissement de la frontière d’etat de l’ex-président de la Géorgie, l’ancien chef de la région d’Odessa OG Mikhaïl Saakachvili et ses partisans. Ce sujet communique le service de presse du Ministère de l’intérieur de l’Ukraine.

Le 12 septembre, la police de la région de Lviv ont arrêté cinq membres actifs d’événements au point de passage «Shegini» le 10 septembre, «qui, en particulier, d’agressions physiques» à l’encontre des agents de la police des frontières de l’Ukraine. Les détenus présumés de commettre des infractions pénales prévues par plusieurs articles du code Pénal, en particulier le groupe de la violation de l’ordre public.

«Les policiers ont également établi l’identité de six organisateurs de la violation de l’ordre public près de la frontière, ainsi que de 32 membres actifs de ces événements. Plus de 100 personnes interrogés comme témoins de cet incident. Plusieurs députés dans l’ordre envoyé la notification des appels pour une enquête d’action», a déclaré le ministère de l’intérieur.

Les enquêteurs ont qualifié l’événement au point de passage «Shegini» sur les quatre articles: c. 1 c. 332 (illégale переправка de personnes à travers la frontière d’etat de l’Ukraine), c. 2 c. 342 (résistance représentant du pouvoir, à l’employé de l’application de la loi de l’autorité, l’interprète d’état, membre de la formation sur la protection de l’ordre public et de la frontière d’etat ou de soldats, par une personne autorisée du Fonds de garantie des dépôts des personnes physiques), c. 4 c. 345 (la menace ou la violence à l’égard de l’employé organisme d’application des lois) et l’art. 293 le groupe de trouble à l’ordre public) du code Pénal de l’Ukraine.

En outre, le service national des frontières était de 15 pour des protocoles administratifs en vertu de l’art. 204-1 (franchissement illégal ou de la tentative de passage illégal de la frontière de l’Ukraine) du Code des infractions administratives.

Parmi les personnes dont se composent les documents administratifs, – quatre représentants des MÉDIAS et 10 étrangers.

Le 12 septembre Saakachvili a signé un protocole en vue de commettre une infraction administrative – passage illégal de la frontière.

Le 10 septembre, au lieu de passage de la frontière au point de passage «Krakovets Saakachvili d’abord essayé d’entrer en Ukraine en train Intercity», mais le train s’est arrêté. Après cela, le politicien a déclaré que son équipe est sur la frontière polonaise «revient au premier plan et se rend dans le point de passage «Krakovets», mais au lieu de cela, se rendit au point de passage «Shegini». Les polonais raté le bus avec Saakachvili et les députés. La partie ukrainienne a la frontière prétendument à cause de l’information SSU sur l’exploitation de la transition. Après cela, la foule des partisans de Saakachvili franchi le cordon de gardes-frontières et conduit la politique sur le territoire de l’Ukraine.

Les politiques est venu à Lviv, où il dit que les policiers n’ont pas exécuté l’ordonnance pénale, et en passant dans le pays. Le procureur général de l’Ukraine Yuriy Loutsenko a déclaré que les organisateurs du passage illégal de la frontière seront poursuivis en justice. Dans Госпогранслужбе ont déclaré que Saakachvili menace trois affaires pour le franchissement illégal de la frontière.

Le président de l’Ukraine Piotr Porochenko a souligné que Saakachvili a commis le crime, en violation de la frontière d’état de l’Ukraine, de pratiquer laquelle l’affaire des forces de l’ordre.

Le président a promulgué un décret de la perte de Saakachvili de la nationalité, le 26 juillet, sur la base de données erronées, de demandes de politique Publique au service de migration de l’Ukraine. En particulier, Saakachvili n’a pas que contre lui en Géorgie ouvert pénales de la production.

Le 5 septembre, l’Ukraine a reçu du bureau du procureur général de la Géorgie demande de la recherche, de la prise de la détention et de l’extradition de Saakachvili. Avant cela, le ministre de la justice de la Géorgie Thea Цулукиани a déclaré que l’Ukraine a refusé l’extradition de Saakachvili en 2014 et 2015.




MIA a établi l’identité de six probables des organisateurs des émeutes au point de passage «Shegini» lors du franchissement de la frontière de Saakachvili 12.09.2017

0
Сентябрь 12th, 2017 by